Jusqu’en 1936, aucune route n’y menait à partir de la France. Pour y accéder, il fallait passer par l’Allemagne. Le sol y était pauvre et la vie ne faisait pas de cadeau à ses habitants. Pourtant 124 personnes y vivaient presque uniquement de l’agriculture vers 1836. Vers 1960, ils étaient encore une cinquantaine. Alors commença un inéluctable exode. Les uns après les autres, les jeunes, attirés par un mode de vie plus moderne et plus facile, ont quitté le hameau, laissant derrière eux leurs parents âgés, la terre et les tombes de leurs ancêtres.

A peine en une décennie, un changement irréversible s’est opéré et une page de l’histoire du village était définitivement tournée. Avec la nouvelle population qui s’y est installée progressivement, une autre vie a commencé

Séduits par le charme de ce lieu idyllique, des vacanciers et des retraités venant des villes s’y sont installés pour trouver le calme, loin de la vie trépidante des cités